L’écotourisme, qu’est ce que c’est ?

Voyager afin de découvrir de nouvelles régions, de nouvelles cultures, c’est bien. Le faire d’une façon responsable et durable pour la planète et les populations locales, c’est mieux. Depuis le début des années 80, une nouvelle façon de voyager se développe : l’écotourisme.

Définition de l’écotourisme.

Par définition, l'écotourisme est un tourisme orienté sur la découverte de la nature. Cette pratique gagne en popularité d’année en année, contrairement au tourisme de masse qui dégrade les milieux naturels. Ceci est dû en partie à la campagne de sensibilisation concernant la dégradation de l’environnement et de la planète. A noter que l’on parle aussi de tourisme vert ou tourisme durable. L’écotourisme se pratique en petits groupes, au sein de petites structures. Le principal objectif est la conservation des milieux naturels visités. Le but est d’y préserver la biodiversité, de restaurer et protéger l’écosystème. Enfin, la découverte, la préservation et la participation à l’artisanat local, ainsi que le respect des cultures locales sont un aspect important pour le voyageur.

Écotourisme : pour et contre

En tant que tourisme responsable au cœur d’espaces naturels, cette forme de tourisme se doit d'être respectueux de l'environnement. Généralement, les séjours en écotourisme reposent sur l’expérience et l’apprentissage où le touriste devient acteur de son voyage. De ce fait, le tourisme vert contribue activement à la protection de l’environnement en valorisant les zones naturelles et culturelles.  Il aide aussi à lutter contre la pauvreté grâce au développement de l’économie locale. Néanmoins, des limites naturelles et sociales sont à déterminer conjointement, entre des spécialistes et la population locale. Dans certains cas, de part une mauvaise gestion ou l’appât du gain des organismes de voyages ou des habitants eux-mêmes, ces limites sont franchies de manière irréversible.

Aujourd’hui, des voix s’élèvent contre la généralisation de ce type de tourisme, et la lourde empreinte écologique sur certaines destinations. En effet, faire de l’écotourisme en Amérique du sud en provenance d’Europe, par exemple, va à l’encontre de la philosophie même de l’écotourisme (empreinte carbone). De plus, certains professionnels n’hésitent plus à proposer des activités (4x4, survol en hélicoptère, etc…) sans se soucier de l’impact sur la faune et la flore locale.

Comment le promouvoir ?

En tant que démarche durable et écologique, promouvoir l’écotourisme facilite la prise de conscience individuelle sur le besoin urgent de protéger l’environnement et certaines zones menacées. De ce fait, il faut primer l’enrichissement personnel, faire un tourisme intelligent non passif. L’écotourisme apporte un certain intérêt aux populations locales, souvent méconnues. On découvre leur savoir-faire, leur culture, leurs coutumes et leurs traditions. Le tourisme écologique est un facteur leur permettant d’améliorer leur mode de vie, tout en le préservant.

Quelles destinations ?

Les pays tropicaux, riches en biodiversité, sont les destinations les plus connues pour l’écotourisme. Le Costa Rica, le Bénin ou encore la Mongolie sont des destinations touristiques à la mode grâce à leurs espaces protégés et la faune et la flore présente. Néanmoins, une nouvelle tendance émerge : le tourisme de proximité, s'appuyant sur les ressources naturelles proches et en particulier les réserves naturelles, les parcs nationaux, et les parcs naturels. En France, le Lubéron, le parc du Mercantour et les Cévennes sont des grands sites appliquant les principes du tourisme durable.

Laisser un commentaire